périnée

Anatomophysiologie des douleurs pelvipérinéales chroniques

19 décembre 2018

Objectif

Comprendre les mécanismes impliquées dans la régulation des phénomènes douloureux issus de la région pelvipérinéale.

Matériel méthodes

Description des voies anatomiques empruntés dans la transmission des messages douloureux et des mécanismes physiologiques de contrôle de la douleur.

Résultats

Le pelvis et le périnée ont une innervation différente. Le pelvis est innervé par des structures sympathiques, le périnée par des structures appartenant au système somatique issu des racines sacrées (et nerf pudendal) et au système végétatif sympathique issu de la région thoracolombaire. Il existe des systèmes de régulation du message douloureux à tous les étages du système nerveux : deux sont essentiels : l’un situé au niveau des cornes dorsales de la moelle (gate control ), l’autre au niveau supra médullaire (système inhibiteur descendant). À travers une série de filtres et d’amplificateurs, le message douloureux sera intégré et analysé au niveau du cortex cérébral, en interconnexion avec différentes aires impliquant la mémoire et l’émotion notamment.

Conclusion

Il faut bien différencier ce qui revient à l’excès de nociception de ce qui revient à un dysfonctionnement des systèmes de régulation de la douleur (exemple des douleurs neuropathiques). La définition de la douleur : « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle ou décrite en termes d’une telle lésion » montre bien qu’il faut admettre que toute douleur n’est pas forcément lié à une cause persistante et visible. La connaissance des phénomènes de convergence entre les voies nerveuses des différents systèmes et des organes pelviens permet d’expliquer la diffusion possible des messages douloureux viscéraux et les interactions entre organes. La connaissance des systèmes anatomiques est indispensable au décryptage de la description de la douleur par le patient, la connaissance des modes de contrôle de la douleur est indispensable à l’adaptation des stratégies thérapeutiques (médicaments, neurostimulation, thérapies psychocomportementales…).

Adaptation culturelle du Female Pelvic Floor Questionnaire (FPFQ) en langue française

19 décembre 2018


Objectifs

Le Female Pelvic Floor Questionnaire (FPFQ) est un outil auto-administrable qui explore les symptômes périnéaux. Notre objectif était de réaliser l’adaptation culturelle du FPFQ en langue française et d’évaluer ses propriétés psychométriques.


Méthodes

Après l’adaptation culturelle en français, l’acceptabilité et la fiabilité du questionnaire ont été évaluées dans un échantillon de 56 femmes dans le cadre d’un test–retest. La validité de construction discriminative a été évaluée en comparant les résultats obtenus par le FPFQ à ceux d’autres questionnaires validés. Le suivi longitudinal des 282 femmes enceintes incluses dans l’étude prévention périnéale prénatale (3PN) a permis l’évaluation de sa sensibilité aux changements.


Résultats

La proportion de données manquantes ne dépassait pas 4 % pour les questions concernant le domaine urinaire, le domaine anorectal et le prolapsus génital ; 10 % pour les questions sur la sexualité. La question 9 a été jugée difficile à comprendre par 14 % des femmes. Après reformulation, cette question a été testée dans un nouvel échantillon de 52 femmes et n’a pas posé de problème de compréhension. Le coefficient de corrélation intraclasse était supérieur ou égal à 0,7 pour tous les domaines au cours du test–retest. Le FPFQ était fortement et significativement corrélé (Spearman r >0,5) avec les autres questionnaires validés. La version française du FPFQ a enregistré des changements dans les symptômes urinaires et sexuels pour les femmes incluses dans l’essai 3PN avec une réponse moyenne standardisée égale à 0,83 et 0,44, respectivement.


Conclusion

La version française du FPFQ est auto-administrable, fiable, valide et peut détecter un changement de symptomatologie au cours d’un suivi longitudinal.


Niveau de preuve

Niveau 4.

Bases anatomiques des algies périnéales

17 décembre 2018

La connaissance des voies de la douleur guide le thérapeute pour la prise en charge des patients douloureux. Il faut tout d'abord identifier ce qui est une douleur pelvienne et ce qui est une douleur périnéale. C'est relativement facile lorsque seul le périnée est douloureux .
Après avoir éliminé une pathologie tumorale par exemple, la responsabilité du nerf pudendal doit être évoquée. Devant un tableau typique de douleurs positionnelles (en position assise), l'examen neurologique étant normal, on évoque un syndrome canalaire.
L'EMG peut aider lorsqu'il retrouve une augmentation de la latence distale. Associées au traitement médical des douleurs neuropathiques, les infiltrations constituent un test diagnostique et une arme thérapeutique. La diffusion des douleurs dans le pelvis et /ou dans les membres inférieurs fait évoquer une réaction musculaire réflexe ou une participation végétative.
Les douleurs pelviennes doivent faire rechercher une pathologie dont le traitement peut être spécifique (kyste de l'ovaire, endométriose, cystite interstitielle, vestibulite vulvaire, etc) .
Si aucune cause n'est retrouvée, il faut se résoudre à traiter la douleur en tant que telle. Les neurostimulations, les blocs pluri étagés sont guidés par la distribution des fibres orthosympathiques. Le traitement peut être la destruction de ces voies en restant le moins agressif possible.
Les rameaux communicants sont une cible encore à l'étude. Leur destruction n'entraine a priori aucune conséquence ni somatique ni végétative. Leur infiltration radioguidée commence à se codifier. L'important est de penser à un processus neurologique comme cause de la douleur et d'arrêter de sacrifier chirurgicalement des organes qui ne sont que des victimes, alors à double titre.

Exercices des muscles abdominaux préservant le périnée

25 August 2016



Exemples d'exercices de travail des muscles abdominaux préservant le périnée.

Dans cette vidéo, la kinésithérapeute Marie Koehl-Le Brun décrit et explique les exercices permettant de faire travailler les muscles abdominaux de façon à préserver le périnée.
Film réalisé à l'occasion de la Semaine de la Continence du 8 au 13 avril 2013.