Semaine de la continence : les experts répondent sur le prolapsus

15 avril 2019

Pour la cinquième année, l’AFU a organisé un Facebook chat destiné aux patients à l’occasion de la semaine de la continence. Cette année, elle a répondu à des questions plus polémiques, notamment sur les complications des prothèses vaginales. 

L’AFU a instauré deux grands rendez-vous annuels avec les patients. L’un, en septembre, à l’occasion de la Journée européenne de la prostate, et l’autre, en mars, pour la semaine de la continence. Pour informer au mieux les patients, qui n’osent parfois pas consulter leur urologue, ce rendez-vous est centré sur un Facebook chat.

La cinquième édition, organisée le 21 mars, a réuni les experts de l’AFU autour de l’incontinence urinaire, mais aussi autour de la descente d’organes, et des différents types de matériaux utilisés. « Par rapport aux autres années, nous avons abordé un sujet plus polémique », explique Christian Castagnola, vice-président de l’AFU en charge de la communication. « Je pense que c’était important de réaffirmer la position de l’AFU, qui n’a jamais ignoré les problèmes avec les implants ».

Le Facebook chat était donc aussi l’occasion d’ouvrir un espace de discussion pour expliquer cette position face à des patients parfois inquiets, et pour préciser les risques liés aux implants médicaux. De nombreuses questions ont été posés durant ce chat, allant d’informations sur la musculation du périnée aux complications sur les bandelettes luttant contre l’incontinence. Un nombre important d’interrogations sur les prothèses vaginales et le « Implant File » ont permis aux patientes d’être mieux informées.
La sexualité était également abordée, sujet souvent tabou et dont l’anonymat a permis aux femmes d’avoir enfin des réponses à des questions parfois « gênantes » en consultation. 

Un premier pas pour s’informer

Le dispositif mis en place est maintenant rôdé. Christian Castagnola et Xavier Gamé, Secrétaire général, ont tourné quatre vidéos annonçant l’événement. Début mars, deux spots d’information – un sur l’incontinence urinaire et l’autre sur le prolapsus – qui ont touché plus de 50 000 personnes, avaient également été mis en ligne. Ensuite, le 21 mars, les experts bénévoles de l’AFU qui se sont rendus disponibles pour l’occasion – Xavier Gamé, Véronique Phé, Marc Géraud et Adrien Vidart – ont répondu à 39 questions sur la soixantaine posée par les internautes (les autres étant souvent redondantes).

Cette fois encore, l’événement organisé par l’AFU a permis aux patients qui ressentent de la honte sur ces pathologies de s’informer anonymement et d’obtenir des réponses précises. Et, à défaut, parce que le Facebook chat n’est pas une consultation, il en aura certainement aidé d’autres à faire ce premier pas vers un urologue.