Le coronavirus peut-il provoquer l’infertilité masculine ?

22 juin 2020

Une étude réalisée en Chine sur des hommes a révélé que le virus du Covid-19 pourrait se trouver dans le sperme au cours de l’infection. Dès lors, les chercheurs ont craint que la maladie conduise à l’infertilité masculine.

Des chercheurs chinois de l’hôpital de Suzhou de l’Université de Nanjing ont révélé que les testicules pouvaient être atteints par le coronavirus (1). Pour le Pr Éric Huyghe, responsable du comité d’andrologie et de médecine sexuelle de l’AFU, « bien que rapporté sur un nombre très faible de cas, ce risque est possible »

Cependant, le Pr Huyghe estime que le risque est faible. « Il ne faut pas tomber dans la psychose à cause des quelques cas qui ont été décrits ». Il est vrai que l’échantillon d’étude était très petit et que les preuves de l’agressivité du coronavirus sur la fertilité masculine n’ont pas été établies.Il est ainsi peu probable selon les scientifiques que le coronavirus se propage dans le sperme, mais sans pouvoir l’exclure complètement. Ainsi les urologues de l’hôpital de Suzhou ont émis l’hypothèse que le coronavirus pouvait pénétrer dans les testicules où le sperme est produitet que cela puisse endommager les testicules.

« De nombreux autres virus peuvent infecter les testicules »

Avant le Covid-19, d’autres virus se sont également révélés dangereux pour les testicules. C’est le cas des affections à papillomavirus (HPV), des virus de l’immunodéficience (VIH), de l’hépatite et de la grippe. « Concernant le virus des oreillons, l’atteinte est généralement réversible et uniquement d’un seul côté. On estime qu’il n’y a que 15% d’altérations des deux testicules chez les patients atteints des oreillonsdans sa forme la plus grave. » 

La France pourrait mener une étude urologique sur le Covid-19 

Les virus de la dengue et le Zika qui se transmettent à l'homme par la piqûre d'un moustique infecté peuvent également se retrouver dans le sperme. « Notre équipe de recherche en fertilité humaine de l’Université Toulouse 3 a déterminé l’action de Zika et de la dengue sur les spermatozoïdes et la fertilité », informe le PrHuyghe. « Nous envisageons de travailler sur le coronavirus pour confirmer ce que les chercheurs chinois ont avancé et étudier la présence éventuelle du virus dans le sperme ».
Ces premières données doivent ainsi être étoffées.« Il est important de déterminer si d’autres cas ont été identifiés, car, il peut y avoir en effet une sous-déclaration. Avec un virus qui inquiète autant la population, on ne va pas penser en premier lieu aux testicules ». Le PrHuyghe précise enfin que « Si l’on constate que le virus laisse des séquelles au niveau de la fertilité masculine, d’autres études plus poussées seront indispensables ».

Référence

(1) Caibin F, Kai L, Yanhong D, Wei L, Jianqing W. ACE2 Expression in Kidney and Testis May Cause Kidney and Testis Damage After 2019-nCoV Infection. Doi : https://doi.org/10.1101/2020.02.12.20022418.