La chimiothérapie néo-adjuvante n’augmente pas les complications post-opératoires

23 mars 2020

La chimiothérapie néo-adjuvante (avant chirurgie) n’augmente ni la difficulté de l’intervention chirurgicale ni les complications post-opératoires. Explications. 

L’Institut national du cancer (INCa) le définit comme un traitement qui précède la thérapeutique principale. « Le traitement néo-adjuvant a pour but de réduire la taille de la tumeur avant de pratiquer une opération chirurgicale ou une radiothérapie qu'il rend ainsi plus faciles », explique l’INCa. La chimiothérapie figure parmi les traitements néo-adjuvants possibles. Elle peut être envisagée en néo-adjuvant avant une cystectomie totale pour cancer.

Les craintes autour de la chimiothérapie sont-elles fondées ?
Malgré les études scientifiques démontrant l’intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante dans les tumeurs de vessie localisées infiltrant le muscle, certains spécialistes demeurent réticents à y avoir recours, craignant que la chirurgie ne devienne trop difficile après son administration. 
Dans une récente recherche, Naif Aldhaam (1) a évalué l’utilisation de la chimiothérapie néo-adjuvante et son impact éventuel sur la morbidité péri-opératoire après cystectomie totale par voie robot-assistée. Sur 1146 patients pris en charge entre 2006 et 2017, une chimiothérapie néo-adjuvante a été réalisée dans 26% des cas. Il est apparu que la chimiothérapie néo-adjuvante n’avait aucune conséquence sur la durée opératoire, la durée d’hospitalisation ou le taux de complications post-opératoires.

Choisir le meilleur traitement néo-adjuvant
Pour autant, une augmentation significative du taux de réadmission à 90 jours a été constatée, sans que les taux de complications chirurgicales tardives ou de ré-interventions ne soient augmentés, soulignant l’importance d’un accompagnement péri-opératoire optimisé et prolongé selon le concept de RAAC (Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie).
À l’inverse, les études concernant l’immunothérapie néo-adjuvante semblent montrer une augmentation du taux de complications post-opératoires (2). En attendant les résultats d’autres études en cours, la chimiothérapie néo-adjuvante reste le standard et doit être proposée à tous les patients éligibles. 

D’après un article du Dr Géraldine Pignot du comité de cancérologie de l’AFU pour uronews

Références

  1. Aldhaam NA, et al. Neoadjuvant Chemotherapy Is Not Associated with Adverse Perioperative Outcomes after Robot-Assisted Radical Cystectomy: A Case for Increased Utilization from the IRCC. J Urol. 2019 Jul 17:101097JU0000000000000445. doi: 10.1097/JU.000000.
  2. D’après le poster commenté de Zaffuto E et al., abstract #982, EAU 2019 congress.