Cancer du rein métastatique : de nouvelles prises en charge

25 juin 2020

Les résultats de trois études rapportent que le cancer du rein avec métastases peut être pris en charge grâce à de nouvelles combinaisons de traitements. Pour le Comité de Cancérologie de l’AFU, il est important d’actualiser les recommandations.

Le Dr Pierre Gimel, membre du CCAFU, le constate : « les choses évoluent vite, c’est la raison pour laquelle nous voulions mettre à jour ces recommandations ». Une précision s’impose : les nouvelles recommandations de l’AFU à propos du traitement du cancer du rein métastatique concernent le cancer du rein dit « à cellules claires » uniquement. En effet, les autres types de cancer du rein ne font pas l’objet de nouvelles données récentes.

Trois études montrent l’efficacité de l’association de traitements

En 2019, ces études ont montré l’efficacité de l’association de deux traitements dans la prise en charge du cancer du rein avec métastases. En effet la combinaison d’un immunosuppresseur (qui inhibe l'activité du système immunitaire) et d’un anti-angiogénique (qui combat la croissance de la tumeur) représente une avancée pour traiter ce type de cancer du rein…
Les résultats positifs obtenus avec cette association sont significatifs en comparaison du traitement habituel par Sunitinib, un traitement anti-angiogénique par voie orale, qui inhibe plusieurs récepteurs impliqués dans la croissance de la tumeur. 
C’est à la suite de ces recherches, fin 2019, que certaines combinaisons de traitement ont reçu leur autorisation de mise sur le marché (AMM). Les associations de traitement « pembrolizumab et axitinib» et «avelumab et axitinib» bénéficient de l’agrément pour l’exploitation et la commercialisation. Ces deux associations de traitements offrent des avantages thérapeutiques efficaces chez les patients atteints d’un cancer du rein  à un stade avancé ou métastatique. Néanmoins, ces traitements ne sont pas remboursés et donc ils ne sont pas prescrits. Le Dr Gimel déplore que « le décalage dans le temps entre la publication des données scientifiques, l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché et celui des remboursements, retarde les premières prescriptions »

Le traitement « nivolumab et ipililumab » est remboursé 

Le choix de délivrer l’information sur les traitements est essentiel pour le Comité de Cancérologie de l’AFU. Bien que ceux-ci ne soient pas encore remboursés, la communication sur les possibilités de soin est cruciale.
Le délai pour l’obtention du remboursement de certains traitements peut être long. En effet, en 2018, une étude avait démontré l’efficacité de l’association « nivolumab et ipililuma ». Chez des patients atteints d’un cancer du rein de stade avancé non opérable ou métastatique, cette association peut stopper la progression du cancer, voire entraîner une régression de la tumeur.
En revanche l’accord de remboursement de cette combinaison n’a été obtenu qu’en mars 2020. « Nous allons donc pouvoir enfin la prescrire chez les patients pour lesquels le pronostic du cancer est intermédiaire et mauvais », conclut le Dr Gimel. 
Il précise néanmoins que le remboursement de l’association mentionnée ci-dessus, d’un immunosuppresseur et d’un anti-angiogénique, n’interviendra qu’en 2021. En effet, une fois l’AMM octroyée une innovation est évaluée par la haute Autorité de santé (HAS) qui en étudie la portée scientifique et économique. Deux types d’évaluation sont effectués. D’une part, l’évaluation du service médical rendu (SMR), qui détermine l’accès au remboursement et le taux de remboursement fixé par l’Assurance maladie. D’autre part, l’évaluation de l’amélioration du service médical rendu (ASMR), qui participe à la fixation du prix d’un médicament remboursable. Sur la base de ces évaluations l’union  nationale des caisses d’Assurance maladie (UNCAM) fixe le taux de remboursement d’un produit de santé, compris entre 0 et 100 %.

Références des études

  1. Rini BI et al. Pembrolizumab plus Axitinib versus Sunitinib for Advanced Renal-Cell Carcinoma. N Engl J Med. 2019 Mar 21;380(12):1116-1127. DOI : 10.1056/NEJMoa1816714. Epub 2019 Feb 16.
  2. Motzer RJ et al. Avelumab plus Axitinib versus Sunitinib for Advanced Renal-Cell Carcinoma. N Engl J Med 2019 Mar 21; 380:1103-1115. DOI : 10.1056/NEJMoa1816047.
  3. Motzer RJ et al. Nivolumab plus ipilimumab versus sunitinib in first-line treatment for advanced renal cell carcinoma: extended follow-up of efficacy and safety results from a randomised, controlled, phase 3 trial. The lancet oncology, october 2019. Volume 20, issue 10, p1370-1385, october 01, 2019. DOI : https://doi.org/10.1016/s1470-2045(19)30413-9.
  4. Motzer RJ, Tannir NM, McDermott DF et al. Nivolumab plus Ipilimumab versus Sunitinib in Advanced Renal-Cell Carcinoma. N Engl J Med. 2018 Apr5;378(14):1277-1290. DOI : 10.1056/NEJMoa1712126.