Adresser un patient atteint du cancer de la prostate en oncogénétique

21 octobre 2020

Le cancer de la prostate se situe au 1er rang des cancers chez l'homme, représentant près de 26 % de l’ensemble des cancers masculins. Bien que l’on note une diminution de la mortalité avec une baisse de 4 % par an en moyenne entre 2005 et 2009, le cancer de prostate est toujours responsable de 8512 décès estimés en 2015. D’après le Pr Pierre Mongiat-Artus, membre du sous-comité prostate du CCAFU, « 10% des cas de cancer de prostate sont des formes héréditaires et c’est dans une démarche d’optimisation du diagnostic notamment des formes précoces ou sévères que l’on s’intéresse à l’oncogénétique »

L’oncogénétique et le cancer de prostate 

L’oncogénétique provient de « onco » qui signifie « cancer », et « génétique » en lien avec l’hérédité (et les gènes). Il s’agit d’une spécialité médicale qui va donc s’intéresser à certains gènes connus comme étant des facteurs de risque de développer un cancer.
« Lorsque l’on se penche sur ces anomalies héréditaires, il est certain que le cancer de prostate est probablement le cancer le plus héritable bien que le mode de transmission soit complexe » explique le Pr Mongiat Artus.

Parmi les anomalies génétiques concernées figure BRCA2 qui est apparu comme un facteur de risque majeur de survenue de cancer de prostate et d’agressivité du cancer. On retrouve également BRCA1 qui expose à un sur-risque d’apparition du cancer et OXB13 (anomalie rare, plutôt présente en Europe du nord) responsable de formes très agressives.

La consultation d’oncogénétique, pour qui ? pourquoi ?

Pour évaluer l’intérêt d’une consultation oncogénétique, il faut rechercher dans la famille et principalement chez les parents, enfants ou dans la fratrie la présence de cancer de prostate. La multiplication de cas de cancer de prostate chez les apparentés ou la survenue à un âge précoce sont des arguments en faveur d’une origine héréditaire. D’autres types de cancers doivent également être recherchés car associés aux mêmes anomalies génétique, il s’agit du cancer de l’ovaire et du sein à fortiori si ce dernier est survenu très jeune (avant 40 ans), des deux côtés ou chez un homme de la famille. 

Avant d’orienter un patient en consultation d’oncogénétique, il est cependant important de comprendre les implications psychologiques éventuelles pour s’y préparer : risque de sentiment de rancœur envers les géniteurs et/ou de culpabilité envers sa descendance. Un accompagnement psychologique peut être proposé.

C’est une longue procédure. Les consultations comprennent avant tout un interrogatoire très détaillé et des questionnaires. On y trace l’arbre généalogique et on repère les dossiers familiaux qu’il serait utile de rassembler et qui permettront de réaliser par la suite une enquête médicale approfondie au sein de la famille. Un test génétique peut également être réalisé à partir d’une simple prise de sang avec l’accord signé du patient.

Qu’implique-t-elle pour le patient et son entourage ?

Habituellement, la consultation d’oncogénétique a surtout un intérêt dans la prévention chez les apparentés, notamment pour la descendance. Cependant dans le cancer de prostate, il existe tout de même un intérêt pour le suivi. Il est recommandé de proposer aux patients à risque élevé une surveillance plus étroite et de les adresser dans un centre référent.

Une recherche de l’anomalie devra être proposée aux apparentés pour le cancer de prostate mais également chez les femmes afin de permettre le diagnostic précoce de cancer du spectre d’implication de BRCA2. Ainsi des tests génétiques peuvent être proposés à vos apparentés les plus proches et un suivi très régulier sera préconisé. Des examens complémentaires, et parfois des chirurgies préventives, peuvent être recommandés.
Attention, un résultat négatif n'exclut pas une prédisposition. Les connaissances et les techniques évoluant sans cesse dans le domaine de la génétique et de la cancérologie, des prélèvements peuvent être conservés afin de réaliser éventuellement de futures analyses intégrant les dernières avancées scientifiques.