Questions-Réponses sur l'hypertrophie bénigne de la prostate

Qu’est-ce que la prostate ?

La prostate est une glande située dans les voies urinaires basses, sous la vessie et autour de l’urètre. Seuls les hommes ont une prostate. Elle produit une partie du liquide qui transporte le sperme. La prostate contient des muscles lisses qui aident à expulser le sperme pendant l’éjaculation.

Une prostate saine fait environ la taille d’une grosse noix et a un volume de 15 à 25 ml. Plus l’homme vieillit, plus sa prostate grossit.

Le terme médical pour une prostate dont la taille a grossi est l’hypertrophie bénigne de la prostate (communément appelé HBP).

L’hypertrophie bénigne de la prostate

Les maladies de la prostate sont habituellement associées au vieillissement. Elles peuvent causer des symptômes gênants des voies urinaires basses chez les hommes de plus de 50 ans. Ces symptômes peuvent être causés par une hypertrophie de la prostate, appelée communément hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Dans environ la moitié des cas, l'HBP peut entraîner des symptômes urinaires.  D’autres pathologies prostatiques existent et entrainent des symptômes urinaires et votre médecin prendra cela en compte.

L’hypertrophie prostatique bénigne est une affection fréquente. Elle est liée à des changements hormonaux qui se produisent avec le vieillissement. Les pathologies prostatiques peuvent inquiéter, mais les symptômes d’hypertrophie bénigne de prostate ne sont pas synonymes de cancer, et inversement.  Cependant, l’hypertrophie bénigne de la prostate et le cancer de la prostate peuvent se développer avec l’âge et coexister. Il est possible de consulter votre urologue pour en discuter.

Les troubles urinaires du bas appareil liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate

L’accroissement du volume de la prostate, en comprimant l’urètre à la sortie de la vessie, peut générer des symptômes bénins de la miction (émission d’urine) :

  • vous urinez plus souvent,
  • vous éprouvez des difficultés à vider complètement votre vessie.

Habituellement, votre médecin ne recommande pas de traitement pour ces troubles urinaires du bas appareil (appelés communément TUBA). Ces symptômes bénins sont habituels lors du vieillissement, au même titre que la perte de mobilité, de mémoire ou de souplesse.

Parfois, les symptômes sont très gênants et peuvent avoir un effet négatif sur votre qualité de vie. Dans ce cas, vous pouvez bénéficier d’un traitement.

Les différents troubles de l’hypertrophie bénigne de la prostate symptomatique

Les symptômes peuvent affecter la miction de différentes manières :

  • la façon dont vous gardez l’urine dans la vessie (stockage) avec :
    • un besoin d’uriner plus fréquent que d’habitude,
    • la nécessité de se réveiller pendant la nuit pour uriner (on parle de nycturie),
    • un besoin soudain et irrépressible d’uriner (on parle d’urgenturie),
    • la perte involontaire d’urine (incontinence urinaire).
  • la façon dont vous urinez (miction) :
    • un jet faible d’urine,
    • une miction fragmentée ou sous forme de pulvérisation,
    • un arrêt puis une reprise du jet,
    • une difficulté à uriner,
    • un retard au démarrage de la miction,
    • l’accroissement de la durée de la miction,
    • dans de rares cas, la rétention urinaire aiguë ou chronique.
  • vos sensations après avoir uriné (post-miction),
    • le sentiment que la vessie n’est pas complètement vide,
    • la perte involontaire d’urine ou gouttes retardataires dans vos sous-vêtements.

Ce qu’il faut savoir sur le débit urinaire

Afin de mesurer votre débit urinaire, vous pouvez utiliser un chronomètre pour enregistrer le temps qu'il vous a fallu pour uriner. Notez la quantité d’urine (en ml) et la durée (en secondes).

  • Un écoulement d’urine normal est supérieur à 15 ml par seconde,
  • Si votre débit d’urine est de 10 millilitres par seconde ou moins et que vous ressentez des symptômes, vous devez consulter votre généraliste ou votre urologue.

Mesurer le débit urinaire chez soi n’étant jamais aussi précis qu’en milieu hospitalier, il est mieux de consulter votre médecin ou votre urologue.

Le diagnostic de l’hypertrophie bénigne de la prostate

Les symptômes du bas appareil urinaire peuvent attester d’une hypertrophie bénigne de la prostate. Mais, ils peuvent aussi être dus à d’autres pathologies. C’est pourquoi plusieurs consultations pourront être nécessaires avant que le médecin puisse poser un diagnostic et comprendre l’origine de vos symptômes. En plus de vos antécédents, il s’appuiera sur une série d’examens : un examen clinique, des analyses d’urine et de sang, une imagerie de votre vessie et de votre prostate et d’autres tests si nécessaire.

Bien préparer la consultation

Votre médecin va avoir besoin de votre histoire médicale détaillée et d’informations précises concernant vos symptômes. Vous pouvez l’aider en préparant pour la consultation :

  • une liste de vos antécédents médicaux et chirurgicaux,
  • une liste des médicaments que vous prenez et des autres maladies dont vous souffrez,
  • une description de votre style de vie (exercice, tabagisme, alcool et alimentation),
  • une description de vos symptômes et de leur durée.

Lors de la consultation, le médecin pourra également vous demander de remplir un questionnaire pour comprendre vos symptômes, leur fréquence et la manière dont ils affectent votre qualité de vie. Plusieurs questionnaires existent, le plus utilisé étant l’International Prostate Symptom Score (IPSS). Il comporte sept questions sur vos symptômes, avec pour chacun un score compris entre 0 et 5, de faible à élevé.

Les différents examens

1/ L’examen physique

Votre médecin va pratiquer un examen physique général. Il recherchera :

  • une vessie distendue (votre vessie peut se distendre si elle ne se vide pas complètement),
  • des dommages éventuels sur la peau du pénis et du scrotum (signes d’incontinence urinaire),
  • une fuite de l’urètre (signe d’infection),
  • des anomalies cliniques du pénis, du scrotum et des testicules.

De plus, votre médecin pratiquera un toucher rectal afin d’estimer la taille, la forme et la consistance de la prostate.

2 / L’analyse d’urine

Une analyse d’urine vous sera demandée afin de détecter si vous avez une infection urinaire ou des traces de sang dans les urines.

3/ L’analyse de sang

Dans le cadre du diagnostic, votre médecin peut demander une analyse de sang pour vérifier l’état de votre fonction rénale. Il peut également vous prescrire un dosage d’antigène prostatique spécifique (PSA). Le PSA est une protéine produite par la prostate qui peut augmenter en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate, d’inflammation bénigne de la prostate ou de cancer de la prostate.

4/ Le calendrier mictionnel

Votre médecin peut vous demander de tenir un calendrier mictionnel. Vous y noterez les quantités que vous buvez, le nombre de fois où vous urinez et la quantité d’urine vous produisez. Le volume d’urine peut être mesuré à la maison à l’aide d’un récipient gradué. Le calendrier mictionnel est important car il aide votre médecin à mieux comprendre vos symptômes.

5/ La débitmétrie mictionnelle

Il s’agit d’un examen simple qui enregistre et mesure électroniquement l’écoulement de l’urine. Il se réalise facilement en milieu hospitalier. On vous demandera d’uriner dans un récipient appelé débitmètre. Ce test permet à votre médecin de vérifier si l’hypertrophie de la prostate provoque une obstruction du bas appareil urinaire.

6/ l’imagerie des voies urinaires

Une échographie peut vous être prescrite afin de recueillir des images de votre vessie et de votre prostate. Le médecin va scanner votre vessie à l’aide de l’échographe pour vérifier quelle quantité d’urine reste dans la vessie après que vous ayez uriné (résidu post-mictionnel). Cette information aide à savoir si vos symptômes sont causés par une rétention urinaire chronique dans le cadre d’une hypertrophie bénigne de la prostate symptomatique.

Le volume de la prostate peut également être calculé par le biais d’une échographie.

7/ L’évaluation urodynamique

Le test urodynamique est réalisé afin d’obtenir un maximum d’informations sur votre cycle de miction et sur la façon dont travaillent les muscles de la vessie. Pendant l’examen, votre médecin insère un cathéter dans votre urètre et votre rectum pour mesurer la pression dans la vessie et l’abdomen. La vessie est lentement remplie de solution stérile par le biais du cathéter qui passe dans l’urètre. Le remplissage de la vessie avec de l’urine est ainsi simulé. Lorsque la vessie est pleine, le médecin vous demande d’uriner dans un débitmètre. Les résultats de l’examen apparaissent sur un écran relié aux cathéters. Parfois, l’essai doit être répété pour obtenir des résultats plus précis, mais les cathéters sont déjà en place pour un second examen éventuel.
Votre médecin peut décider de vous prescrire cet examen si :

  • vous avez un dysfonctionnement neurologique,
  • vous avez subi une chirurgie pelvienne ou de la prostate,
  • vous avez un résidu d’urine dans la vessie après la miction,
  • les symptômes d’hypertrophie bénigne de prostate sont rares dans votre tranche d’âge,
  • davantage d’informations sont nécessaires pour comprendre la cause de vos symptômes.