Mois Sans Tabac : les femmes très concernées

08 novembre 2018

Le saviez-vous ? Chez les femmes, le nombre de décès attribuables au tabac a doublé entre 2000 et 2014. La troisième édition du Mois Sans Tabac est l’occasion de rappeler les conséquences du tabagisme sur la santé et les soutiens associatifs possibles pour arrêter de fumer.

Cancers du poumon et maladies cardio-vasculaires explosent chez les consommatrices de tabac. Le nombre de décès liés à l’usage du tabac chez les femmes a été multiplié par 7, passant de 2 700 en 1980 (1 % de tous les décès) à 19 000 en 2010 (7 % de tous les décès)*. Chose surprenante, si les hommes ont tendance à moins fumer, ce n’est pas le cas des femmes, notamment celles âgées de 45 à 64 ans. Une femme sur quatre âgée de 18 à 75 ans consomme du tabac. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 2000 et 2014, la mortalité par cancer du poumon a augmenté de 71 % chez les femmes de 55 à 64 ans alors qu’elle a diminué de 15 % chez les hommes. L’incidence des infarctus du myocarde avant 65 ans a augmenté de 50 % chez les femmes (16 % chez les hommes). Le cancer du sein qui fait 12 000 victimes par an, ne sera bientôt plus le cancer féminin le plus meurtrier. Le cancer du poumon retire chaque année la vie à 10 000 femmes.

Un mois pour arrêter
Le Mois Sans Tabac compte cette année plus de 210 000 inscrits (33 % de plus qu’en 2017). L’occasion de rappeler aux femmes, aux futures mères, mais aussi aux hommes, les dangers du tabagisme sur la santé et d’accompagner les fumeurs dans leur démarche d’arrêt de la cigarette. Pour les encourager, il est important de noter que les effets bénéfiques de l’arrêt de la consommation de tabac sont rapidement constatables. A 8 heures de la dernière cigarette, l’oxygénation des cellules redevient normale et en 24 heures, l’organisme est débarrassé de toute nicotine. Quant au souffle, il s’améliore dès le troisième jour après l’arrêt.

Se faire aider
Entre 2016 et 2017, 1 million de fumeurs ont éteint leur dernière cigarette. Il en resterait 12 millions à convaincre du bienfondé de ce geste. Le sevrage tabagique nécessite un accompagnement. De nombreuses associations soutiennent les fumeurs qui veulent arrêter. Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide en passant par son médecin traitant, un tabacologue ou en contactant l’une des nombreuses associations dont certaines ont des antennes régionales. A l’occasion du Mois Sans Tabac, véritable défi collectif, un kit d’arrêt est disponible dans les pharmacies. Plusieurs applications comme celle de l’Assurance Maladie (Tabac info service, l’appli), sont également téléchargeables sur l’App Store. Vous y trouverez des programmes d’e-coaching personnalisés, des conseils de tabacologues, des astuces et des mini-jeux, des vidéos de soutien et un suivi des bénéfices de l’arrêt du tabac au quotidien. 

*Comité National contre le cancer

Quelques associations qui peuvent vous soutenir :