Les urologues, médecins de la reproduction masculine

27 juillet 2018

Les traitements médicaux et chirurgicaux de l’infertilité masculine sont en pleine évolution. Les urologues en resteront logiquement des acteurs principaux et développeront la prise en charge de la spécialité.

L’urologue est un ambassadeur clé en matière de fertilité masculine aux côtés des gynécologues, biologistes, andrologues et endocrinologues. Le domaine est en pleine mutation et ils feront naturellement partie des acteurs de la transformation de la prise en charge de l’infertilité.

Un domaine en pleine (r)évolution

Pour Éric Huyghe, la spécialité urologique s’élargira pleinement à la fertilité masculine. « L’urologue a une activité riche, médico-chirurgicale, dans laquelle l’infertilité reste une activité secondaire », explique le Pr Éric Huyghe, urologue au CHU de Toulouse. « Mais nous commençons à comprendre les mécanismes de l’infertilité masculine, et nous entrevoyons enfin les moyens de l’inverser ».

Avec cette nouvelle révolution thérapeutique, il devient nécessaire d’avoir une véritable réflexion sur la place des traitements de l’infertilité masculine notamment dans la spécialité urologique. Les urologues adopteront instinctivement un rôle croissant dans la prescription des traitements et la prise en charge des patients.  « L’urologue reste un interlocuteur important dans ce secteur », rappelle le Pr Éric Huyghe.

L’urologue d’autant plus présent

Corollaire de ces avancées, la contraception masculine va se développer. Les urologues seront en charge des nouvelles thérapies et auront une présence majeure auprès des patients. Ces avancées devraient également élargir le profil des patients concernés, notamment vers les plus jeunes en recherche de solutions.

L’AFU est attentive à ces évolutions et a le souci de rendre dynamique l’implication des praticiens pour une prise en charge optimum des hommes concernés.